A l’origine, la terre. Non pas la planète, mais cette substance minérale marron, noire ou rouge dans laquelle, un jour, la vie est apparue.

Elle n’y est pas seulement apparue, elle y existe toujours. Son écosystème complexe, formé de bactéries, de champignons, d’invertébrés et autres décomposent la matière et apportent la fertilité à notre si précieuse planète. Et cette terre, nous pouvons dire qu’elle est belle, qu’elle reste jeune et en pleine santé.

La gadoue, la peau … Quel est le rapport ?

Et bien aujourd’hui, imaginez que vous êtes un marcassin. Doux, mignon à craquer, pataugeant en pleine nature.

Ma routine beauté en rentrant de ma promenade ? Une simple douche à l’eau tiède, sans savon.

Dans notre société actuelle, l’exagération de la propreté et la stérilité des surfaces, des mains et du corps est prônée, ayant pour but de tuer toutes les bactéries (ça nous fait mal au cœur rien qu’en l’écrivant).

Pourquoi remettre cela en cause ? Parce que nous savons aujourd’hui que les bactéries peuvent être pathogènes mais aussi bénéfiques, et ce sont celles-ci les plus importantes. Elles permettent à notre système immunitaire de se développer correctement, et de savoir reconnaître quel microorganisme combattre ou non.

Ces produits qui nous mentent…

Prenons tout d’abord l’exemple d’un des meilleurs amis de nombreux d’entre nous, qui, malheureusement ne nous veut pas que du bien : les gels hydroalcooliques.
Vous savez, ces petits gels très pratiques que nous avons toutes dans notre sac à main, et qui sont devenus à la mode en 2009, avec l’apparition de la grippe H1N1. Notre obsession à ce moment-là était réellement d’achever toutes les bactéries de notre peau pour ne pas être contaminé.
Ces gels sont pour la plupart connus pour éliminer plus de 90% des bactéries de la peau. Cependant, des études ont démontré que parmi ces bactéries, plus de 50% étaient en réalité des bonnes bactéries.
Ils provoquent également un changement sur notre microbiome restant : sa capacité de reproduction est grandement diminuée. #lecerclevicieux

Notre conseil : rien de mieux que de l’eau et du savon, ces gels ne sont à n’utiliser qu’en cas « d’urgence ». Il vaut mieux éviter de l’utiliser sur les enfants, leur tendance à mettre les mains à la bouche et donc le risque qu’ils en ingèrent étant un argument supplémentaire.

Un autre produit dont il ne faut pas abuser sont les produits désinfectant pour l’intérieur de la maison, antibiotiques par voie topique (Gallinéctionnaire : application par voie locale sur une partie externe du corps). En effet, notre diversité microbienne chute grandement et c’est comme l’extinction d’une espèce qui laisse place à de bien plus néfastes espèces.

De plus, les enfants développent aujourd’hui de plus en plus d’allergies environnementales. Ras-le-bol d’entendre votre magnifique progéniture éternuer toute la journée, et de vous ruiner en Kestin et autres antihistaminiques ?
Et si c’était ces produits, associés à d’autres facteurs X ou Y, qui les induisaient ? Tout comme les désodorisants d’intérieur anti-acariens, anti-bactériens ou simplement odorants : ils ajoutent des molécules chimiques néfastes dans notre environnement déjà saturé et peuvent être, à long terme, cancérigènes.

La diminution exponentielle de la diversité bactérienne qui nous entoure engendre des problèmes de santé publique qui nous touchent tous …

Enfin, la formulation des principaux produits de beauté est aussi problématique (sujet qui attriste grandement Mathilde) :

  • Un pH inadapté au pH de la peau
  • Des ingrédients, naturels ou synthétiques, trop agressifs
  • Du maquillage agissant comme du cellophane sur la peau (on vous laisse tenter l’expérience du cellophane sur la peau pendant toute une journée et nous envoyer vos retours)
  • Des conservateurs surpuissants qui tuent toute la flore commensale

C’est en douceur, avec des produits intelligents et en mimant la nature que nous irons loin.

Et sinon quelle est la finalité de tout cela ?
C’est que nous pouvons transposer ces pratiques à nos habitudes quotidiennes d’hygiène.

Quelle problématique apparaît avec notre mode de vie trop propre ?
Une peau décapée et un microbiome endommagé. Il n’a pas le temps de se reformer complètement car nos rythmes de lavages sont trop soutenus.

Les conséquences pour mes bactéries ?
Les bonnes ne sont plus présentes, le manteau acide qu’elles créent habituellement ne protège plus assez efficacement la peau.

La conséquence pour notre enveloppe externe de plus de 2m^2 (la peau quoi, et d’ailleurs c’est l’organe le plus étendu de notre corps) ?
Elle est plus sensible aux agressions extérieures, vieillit plus rapidement, est plus sujette à des problèmes type irritation, rougeurs, maladies atopiques etc.

La solution ?
Ne plus avoir peur de la fausse saleté et trouver un équilibre entre bien-être du corps, du microbiome et rythmes d’hygiène.

https://www.theguardian.com/fashion/2017/oct/01/vivienne-westwood-secret-to-staying-young-dont-wash-too-much
Comme exemple, nous avons Vivienne Westwood, the 76-year-old queen of punk, dont le secret de jeunesse est de se laver seulement une fois par semaine. C’est votre prescription beauté docteur ?

Vivons bien, vivons marcassin.

L’hiver, la pluie s’infiltre dans les sols comme un souffle de vie, ce qui laisse place au printemps, avec ses fleurs de cerisiers et sa verdure à foison. L’été, les températures désertiques assèchent les sols et les réserves d’eau ; mais heureusement, l’automne revient pour former un terreau fertile formé de feuilles en décompositions. Puis, le cycle reprend de plus belle.

Prendre une douche deux fois par jour reviendrait à exposer notre écosystème peau/microbiome à une saison d’été infinie. Fini les bêtises, reprenons un cycle microbiomal normal et naturel. #HomoSapiens

Parce que l’hygiène, c’est aussi un peu comme un plateau fromage/charcuterie avec du vin rouge… Il ne faut pas en abuser mais quand même… un peu de temps en temps ça fait du bien.

En parlant d’hygiène, un pain lavant Gallinée est en développement … En attendant, je ne me doucherai pas ! Non d’accord, c’est une blague, je m’en vais donc me déboucher une bouteille de vin.

Bonne douche !

Elo & Mathilde