Déjà fatiguées par la reprise ? Voici un petit article pour vous remettre d’aplomb et vous motiver.

Le mois de septembre est habituellement synonyme de sac à main bien rempli, le tailleur a remplacé le bikini et la protection solaire est remise au placard : c’est la rentrée.

Qui dit rentrée pour vous, dit aussi rentrée pour vos bactéries. Et oui nous allons encore parler bactéries, vous voyez qu’elles sont super importantes. Elles sont sur votre peau, dans vos intestins, sur votre chien ou raton laveur de compagnie #Pocahontas, mais aussi dans votre maison !

Vous aussi adhérez au club des maisons bactériennes.

L’histoire du chien ou du raton laveur est en réalité d’une grande importance. En effet, votre maison, appartement, château ou cabane dans les bois, a une carte d’identité bactérienne qui vous correspond : c’est l’extension de votre propre écosystème corporel. Tous les êtres vivant dans un même lieu forment une entité qui détermine la palette de bactéries de votre habitat.

Par exemple plus de 56 espèces de bactéries différentes démontrent la présence d’un chien et plus de 24 espèces pour les chats.

Si vous avez des enfants, un homme dans votre vie (ou alors 10 hommes en une semaine, on ne juge pas), des animaux ou des plantes (l’orchidée qui tient depuis Noël dernier, Yes !), tous ces êtres vont agir sur la présence de bactéries non nocives.

Lorsque vous êtes partis en vacances, vous avez donc fait la rencontre d’un nouvel écosystème bactérien dans votre hôtel, votre maison de vacances, votre tente, ou tout autre habitat saisonnier de votre choix. Et au bout de 24 heures, vos propres habitants ont alors colonisé l’espace.

Notre présence influence l’environnement et l’environnement influe tout autant sur notre microbiome.

Parfois, nous remarquons que nos problèmes de peau sont atténués lorsque nous sommes en vacances.

Et effectivement, le fait de s’éloigner de la pollution des grandes villes, par exemple, et de découvrir de nouvelles bactéries sur un sentier de randonnée, à la campagne, dans une forêt ou sur la plage permet d’entretenir la diversité microbienne de nos bonnes bactéries de la peau. La barrière cutanée naturelle est alors renforcée et les peaux sensibles ou atopiques revivent. Le plus simple serait alors d’être en vacances toute l’année. Heureusement que nos produits sont là pour compenser ce manque, et redonner le sourire à vos bactéries !

De Brighton à la Dune du Pyla en passant par le Lac Léman, le microbiome de l’eau interagit avec celui de votre peau et rentre également avec vous après une belle journée plage ensoleillée.

Pour se coucher moins bête ce soir : les communautés microbiennes des lacs peuvent aussi être étudiés pour déterminer si l’eau des bassins est saine ou si elle a subi des perturbations par l’industrie, la dégradation de l’environnement ou l’aménagement du territoire.

Des bactéries à des endroits où l’on ne s’y attend pas.

Même les nuages ont leur propre microbiome. Ces bactéries permettraient de déclencher la pluie et d’entretenir mère nature. Avis donc aux parachutistes, vous n’êtes pas tout seuls là-haut !

Comme vous pouvez le constater, Elodie est déjà entrain d’étudier le microbiome des nuages !

Le défi

Pourquoi ne pas essayer de diminuer la quantité de produits désinfectants que nous utilisons tous les jours ? Les bactéries nous entourent mais la plupart ne sont pas nocives, au contraire. Ne pulvérisez pas vos bactéries, chouchoutez-les !

Ma maison, mes bonnes bactéries.

Elo & Mathilde