Vous connaissez cet horrible sentiment qui vous envahit lorsque vous entrez dans une pièce remplie d’inconnus ? Cette envie soudaine de rester seul chez soi et de ne plus jamais parler à personne ? C’est peut-être dû à vos bactéries. Vous n’êtes pas gêné, mais vos microbes le sont.

Un nouvel article publié par le pape de l’axe intestin-cerveau, le Pr John F. Cryan, de l’université de Cork, jette une lumière nouvelle sur la peur d’être social.

Nous savons tous ce qu’est l’anxiété sociale, mais il s’agit parfois d’un trouble à part entière, d’une peur paralysante à long terme et d’un évitement des situations sociales. La bonne nouvelle ? Elle s’améliore généralement avec l’âge. Et la meilleure nouvelle ? Si les scientifiques parviennent à comprendre son fonctionnement et son origine, ils pourront trouver une solution.

Quelles sont les nouvelles ?

L’équipe Cryan a prouvé que la racine du trouble d’anxiété sociale pourrait se trouver dans l’intestin.

Comment ont-ils procédé ?

Ils ont prélevé le microbiome intestinal (oui, d’accord, ils ont prélevé les selles) de six personnes souffrant de troubles de l’anxiété sociale et l’ont transféré à des souris. Et là, surprise ! Les souris sont devenues timides et ont évité leurs congénères lors de la fête de Noël des souris. Leur taux d’ocytocine a également chuté.

Les souris qui ont reçu les selles normales de personnes bavardes n’ont pas changé de comportement et étaient probablement heureuses de parler de leur film préféré sur les souris à la fontaine du bureau.

Pourquoi c’est génial ?

Parce que la peur des gens est la seule chose qui a changé chez ces souris. Il ne s’agit pas de dépression ou d’anxiété, mais de la peur des nouvelles personnes. Auriez-vous pu imaginer qu’un tel trait de caractère puisse être lié à vos microbes intestinaux ? La science n’est-elle pas étonnante ?

Racontez-nous votre pire désastre social qui vous fait encore grincer des dents ! Je vais commencer : une fois, j’étais à une conférence à Londres et je me suis levée pour poser une question à l’orateur devant 200 personnes. Mon accent français était si fort qu’il ne m’a pas comprise, m’a fait répéter ma question 5 fois et puis… a pris une autre question. Je grimace encore en y pensant.

Dr. Marie Drago, fondatrice de Gallinée Microbiome Skincare