Bonjour !

Aujourd’hui, je voudrais vous parler un peu de ce que l’on appelle la Beauté « Propre ». Qu’est-ce que c’est ? Gallinée est-elle une marque « propre » ? Combien de jeux de mots sur le “côté sale de la beauté propre » je vais pouvoir faire ? Voyons voir !

 

D’où vient le concept de cosmétiques « propres » ?

Il vient des États-Unis. En fait, si je devais définir la beauté propre en une phrase, ce serait :

La Beauté Propre c’est la Cosmétique Américaine qui essaie de se mettre aux standards européens.

Le terme semble être utilisé depuis 2015 (merci Google Trend !), et s’est rapidement répandu des détaillants aux marques. Credo Beauty du côté de la vente au détail, Drunk Elephant du côté des marques, sont les pionniers de la Beauté Propre.

Qu’est-ce que la Beauté « Propre » ?

Pour comprendre ce mouvement, il faut regarder la différence entre les Etats-Unis et l’Europe en matière de règlements. (Promis, ce n’est pas ennuyeux, laissez moi vous faire un petit recap’)

En Europe, si vous voulez lancer un produit cosmétique, nous avons la merveilleuse European Directive qui donne des directives très précises sur ce que vous pouvez et ne pouvez pas mettre dans un produit de beauté, et sur le type de tests que vous devez faire avant de légalement lancer votre produit sur le marché. C’est long. C’est très long. Elle est constamment mise à jour. Clairement, c’est un remède contre l’insomnie. Mais elle est aussi très utile pour s’assurer que les produits :

1) sont sûrs

2) font ce qu’ils disent

3) disent ce qu’ils font.

Elle contient également une longue liste de produits que vous ne pouvez pas mettre dans une formulation de produits cosmétiques. C’est super intéressant, on vous en met un extrait si vous voulez jeter un coup d’oeil :

Autre point très cool : elle définit ce que vous pouvez faire valoir et comment vous pouvez le vérifier. Il ne suffit pas de dire que votre produit peut être utilisé sur une peau sensible, il faut le prouver !

Donc, même si cela fait beaucoup de mal aux fabricants, ça signifie que les produits que vous achetez de marque européenne sont sûrs et soigneusement testés.

Aux États-Unis, la loi est très différente. Pour commencer, c’est surtout une déclaration volontaire, et les inspections sont très rares. La liste des substances interdites ou réglementées est 10 fois moins longue. Les revendications sont moins réglementées. C’est pourquoi vous voyez beaucoup de revendications contre l’acné ou l’eczéma dans les produits américains. Dans l’UE, vous ne pouvez pas faire cette affirmation à moins d’avoir plusieurs millions de recherches cliniques pour le prouver. Aux États-Unis, il vous suffit de mettre du peroxyde de benzyle dans votre produit pour faire une revendication anti-acné.

 

En résumé, la montée de la Beauté Propre correspond surtout à des marques américaines qui veulent se mettre aux normes européennes. Une de mes amies chimistes qui vit aux États-Unis m’a dit qu’elle trouvait ça très fun de voir des marques européennes essayer d’être des marques « propres ». Parce que par définition, elles le sont déjà !

 

La Beauté Propre est-elle meilleure ?

C’est difficile à dire.

La Beauté Propre n’est pas réellement bien définie. N’importe quelle marque peut prétendre qu’elle a interdit l’uranium par exemple, et donc qu’elle est propre. Nous avons besoin de meilleures définitions pour ce terme. Cela dépend donc de la marque et du produit.

 

Beauté Propre /Non-toxique /Bio /Naturelle /Sûre… Est-ce que c’est la même chose ?

Oulala pas du tout ! Un petit glossaire simple ci-dessous :

         Beauté Propre : produits qui ont une liste d’ingrédients interdits, selon des normes incertaines qui peuvent varier d’une marque à l’autre.

         Beauté Non-toxique : produits de beauté utilisant des produits non toxiques, je suppose. En tant que pharmacienne, je suis toujours un peu confuse. J’ai fait 4 ans de toxicologie (Bonjour professeur Pallardy !) et ce qu’il en ressort c’est que : tout peut être toxique, cela dépend de la dose. L’eau peut être toxique et elle peut vous noyer, le savon est toxique s’il va dans vos yeux, et ce même s’il est bien pressé à froid. La réglementation européenne garantit que les produits contenus dans vos cosmétiques sont des ingrédients non toxiques, s’ils sont à la bonne concentration.

         Beauté Biologique : produits qui contiennent au moins 20 % d’ingrédients biologiques, ou 10 % s’il s’agit d’un produit à rincer (il y a de quoi se méfier !)

          Beauté Naturelle : produits qui contiennent au moins 95 % d’ingrédients d’origine naturelle. Attention, l’eau est un ingrédient naturel, donc si votre produit est composé à 95% d’eau et que tout le reste est synthétique, ce sera quand même considéré comme « naturel ».

         Beauté Sûre : produits qui ont été testé pour s’assurer qu’ils ne vous rendront pas malade ou ne vous feront pas de mal. Votre meilleur choix est de prendre des produits fabriqués en Europe, en Corée du Sud et en Australie. Ils ont les normes les plus strictes au monde.

 

Gallinée est-elle une marque « propre » ?

Ah ! Gallinée suit à la lettre la réglementation européenne, nous formulons les produits les plus doux possibles et nous les testons avec soin.

Mais en vérité, je préfère dire que nous sommes à l’avant-garde du mouvement Dirty Beauty : Une beauté qui ne prend pas seulement soin de votre peau, mais de toutes vos petites bactéries qui y vivent !

 

Marie Drago, fondatrice de Gallinée