Aujourd’hui, je voulais parler d’un sujet qui prend de plus en plus d’importance chaque jour, chez Gallinée et dans le monde de la beauté en général : le développement durable.

On entend ces mots partout, et ce qu’ils signifient précisément c’est : « éviter l’épuisement des ressources naturelles afin de maintenir un équilibre écologique « .

Alors aujourd’hui, dans le flot malheureusement ininterrompu de nouvelles sombres pour la planète que nous pouvons lire chaque jour, il est logique qu’en tant que marque nous nous efforcions d’aller dans ce sens. C’est aussi très important pour nous parce que nous voyons la planète comme nous voyons le corps : un écosystème étonnant qui devrait être respecté autant que possible et perturbé le moins possible.

Alors comment être plus durable en tant que marque de beauté ?

Et vous, que recherchez-vous lorsque vous shoppez d’autres marques ?

(Dans le cas bien sûr où vous n’utilisez pas seulement Gallinée. C’est bon, on comprend. Non non, nous ne sommes pas tristes, juste un peu déçus peut-être).

Voici une petite liste à vérifier :

Comment les ingrédients qui composent votre produit sont-ils obtenus ?

Est-ce qu’ils proviennent d’une source naturelle, s’agit-il d’une source renouvelableSi c’est le cas, faut-il beaucoup de ressources naturelles pour obtenir ce produit ? Par exemple, j’ai toujours trouvé des produits comme le safran très « chers » pour la planète : beaucoup d’arrosage, d’espace et de travail nécessaires pour un très petit résultat.

Ce qui est intéressant :

Aujourd’hui de de plus en plus d’ingrédients naturels sont recyclés. Ce qui aurait été jeté auparavant est maintenant examiné et réutilisé. (Pour faire dans le concret, si vous demandez gentiment à Camille sur info@gallinee.com, elle vous enverra peut-être un de nos Leaf Masques, un masque aux fibres de rose recyclées qui adoucit et apaise votre peau.

Deuxième chose intéressante (et on insiste sur celle-ci) :

Ce n’est pas parce que c’est naturel ou bio que c’est durable. Tout à fait contre-intuitif, mais les produits biologiques utilisent en fait beaucoup de ressources naturelles. Peut-être est-il temps pour les ingrédients synthétiques de faire un retour ! (Et non, synthétique n’est pas forcément synonyme de mauvais).

Emballage réfléchi :

Plus je me penche sur cette question, plus elle devient complexe :

-Le plastique est mauvais, mais le bioplastique nécessite beaucoup d’eau et de ressources naturelles.

-Le plastique recyclé est excellent, mais il provient habituellement de Chine ce qui est assez loin d’ici.

-Le verre est meilleur, mais plus lourd à transporter, alors augmentez l’empreinte carbone.

Vous saisissez tout le paradoxe ? 

Alors qu’est-ce qu’on fait concrètement ?

Le secret, c’est de progresser sur tous les fronts, étape par étape, pour continuer à s’améliorer. Chez Gallinée, par exemple, nous essayons de faire des produits concentrés, ce qui signifie moins d’eau utilisée et transportée. Nous avons des emballages plastiques, mais aussi légers que possible, et avec très peu d’emballages secondaires (aka la boîte autour de vos produits, on la met volontairement le moins possible. Parce qu’entre nous, suivant le produit, elle n’a pas grande utilité).

Notre Pain Lavant est solide et sans plastique, ce qui en fait notre produit le plus durable de la gamme (oui, il se la raconte à ce sujet).

Gestion de l’énergie :

Les produits sont-ils locaux ? L’usine les rend-ils neutres en carbone ? Existe-t-il un système de gestion des déchets ?

Pratiques commerciales éthiques :

L’entreprise paie-t-elle équitablement ses employés et ses fournisseurs ? Participe-t-elle à l’économie locale (paye-t-elle ses impôts) ? Est-ce qu’elle pousse à la surconsommation ?

La dure vérité, c’est que :

Rien n’est tout noir ou tout blanc : le développement durable est en fait très gris. Mais consommer moins est probablement la clé. Dans le monde de la beauté ça signifie moins de produit, plus concentrés et donc plus efficaces. Et évidemment, on choisit au maximum des produits respectueux : pour la planète et pour vous !